Songe d’une nuit d’hiver

Si j’avais le pouvoir de revenir en arrière, j’irais faire un tour dans la ville des lumières, et rallumer ainsi la chandelle de mon père.

Pour toi Papa qui a perdu la vue puis la vie.

Tu éclaires de ton souvenir nos jours les plus sombres.

 

On est tous des Chaplins, des acteurs sur ces pavés en noir et blanc.

Tu me voulais moins ou plus, mais que veux tu je suis …

Je suis fée, louve, sorcière ou déesse.

Sur mes talons aiguilles je ne pique le doigt de personne, mais je m’éveille d’un trop long songe.

 

C’était un long hiver mais j’avais chaud comme dans les enfers.

C’est le feu de la rampe.

 

C’est un film muet, je suis danseuse, une Loîe Fuller.

 

la-danseuse-film-critique

 

 

Les bas résille habille mon joli rôle.

Rouge ma bouche, rouge sur ta bouche.

 

 » Silence on tourne « 

One Reply to “Songe d’une nuit d’hiver”

  1. Great beat ! I would like to apprentice while you amend your site, how could
    i subscribe for a blog website? The account aided me a acceptable deal.
    I had been a little bit acquainted of this your broadcast provided bright clear concept

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *